Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES MOTS PLUS  HAUTS.over-blog.com

LES MOTS PLUS HAUTS.over-blog.com

Le Comité Poétique est composé de quatre lecteurs anonymes. Il a simplement l'ambition de traverser la Pangée poétique avant le grand saut. Il est à l'écoute de la multiplicité des voix et surtout et avant tout attentif au talent.Depuis peu, les propositions spontanées sont les bienvenues. Alors, nous vous attendons !


Claire Krähenbühl

Publié par Le Comité Poétique sur 25 Janvier 2015, 01:51am

Catégories : #Poésie avec Claire Krähenbühl

 

 

 

                                                        I

 

 

 

Elle chassa l’abeille ou la guêpe

s’effondra devant la porte

c’était un clou dans le cœur

 

Elle crut que c’était l’ange sans ailes

pas la mort

la nuit tomba sur ses yeux

 

Qui a mis en terre avec elle sa guimpe

sa voilette noire à mouches velues

ses ombrelles noires ses éventails noirs

 

Au bord de la tombe

                     un papillon replia ses ailes

pour mourir aussi

 

 

                                             II

 

 

 

Volute noire           un voile s’envole

cœur blessé

comme un oiseau hors de la boîte 

 

Sur la reine sans chevaux

le vol s’arrête

 

Quelle main morte ouvre la cage ?

on dirait qu’un oiseau sans ailes

chante minuit

 

L’horloge sonne les heures

ailleurs un papillon de nuit

cogne au volet

 

 

 

 

 

 

Le rouge fut toujours au cœur d’Augustine

                     son beau corps cabré                  écartelé

                     par de grands chevaux vieux

 

Leur œil sans œillères               Leurs yeux

touchent à cru quelle monture crucifiée ?

 

                     Et l’autre dans la boîte à couture

                                A.U.G.U.S.T.I.N.E

                     inconnue      en lettres brodées

alphabet sans rouge ni gaîté ni folie écarlate

Augustine au point de croix

                                                  Chacune si nue

 

(inédits)

 

 

 

 

Celles d’Occident

 

 

Le soleil a lavé tout le rouge

des images

ne reste que le bleu

Le journal a jauni            Les nouvelles

ont perdu leurs joues fraîches

          On ne sait plus rien du Pérou

          plus rien des volcans

 

(Dans le rêve une voix dit : la vie n’est

que l’amour

et la rêveuse a répondu

on est tous morts)

 

 

 

 

 

Celles qui étaient à l’occident

qu’ont-elles fait de leurs nuits ?

 

Ont-elles passé leurs jours au bord

du feu ? sans bouger leur corps

juste

cherchant l’air  debout

les mains dans l’eau ?

 

penchée vers

accroupie

remuant la terre noire ?

 

Qu’ont-elles fait de leur temps

de leur accent grave        de l’aigu

des aiguilles          du fil des ciseaux

de leurs mains                de leurs voix 

Pour que tout soit passé vite

                              si vite ?

 

 

 

 

 

Mais l’éveillée rêve debout

devant l’évier

tout est vivant souffle son rêve tendre

          sauvage

une comptine de gouttes d’eau

 

Debout les mains sous l’eau

les femmes disent non à la guerre

dans un petit poème tendre

et sauvage  une comptine

qui ne compte que les vivants

 

 

 

 

 

Elle sait qu’il y aura toujours

la guerre entre le feu et l’eau

entre le rouge et la lumière

 

mais

elle ne veut pas

ne veut pas

de la guerre au goût de sang

 

pourtant

elle rêve là sans bouger

devant la bouilloire

et chante à voix basse

avec l’eau qui bout

 

 

 

 

 

Aux murs de l’atelier

ce camaïeu

                    de ciel et d’eau

affiche la couleur

                    durable et tendre

solide           azur et sud

 

on tient la preuve que la lumière

aime le sang

 

 

 

 

 

Saisir la seconde où la bouilloire

baisse le ton et chuchote que

l’eau bout

avant de se lever pour allumer

la lampe

 

(ô temps de patience

d’araignée du soir

de pièges transparents)

 

avant d’aller tendre sa toile ailleurs

pour voir ce qui s’y prend

 

 

 

Ces textes sont extraits de La Table des Liens, éditions de l’Aire (Vevey, Suisse) 2006.

 

D'après l'auteure.

D'après l'auteure.

Née à Yverdon-les-Bains (Suisse) en 1942, Claire Krähenbühl écrit depuis une trentaine d’années des poèmes et des nouvelles publiés chez divers éditeurs de Suisse romande.
Parallèlement à l’écriture, elle poursuit une activité artistique concentrée avec le temps sur le collage, autre forme de poésie.
Elle a été l’invitée de plusieurs festivals de Poésie dont Medellin (Colombie) au printemps 2003 et Trois-Rivières (Québec) en octobre de la même année. En 2004, dans le cadre de la francophonie, elle a donné des lectures au Moyen-Orient et dans quelques états du Golfe.
Depuis 2004, avec sa sœur Denise Mützenberg, elle est coéditrice des éditions Samizdat, à Genève. Vit au pied du Jura vaudois (Suisse).

Bibliographie partielle : 
"Terre d’autre langue", poèmes, éd. Eliane Vernay, Genève 1988
"La Rebuse de l’épine noire", poèmes éd. de l’Aire Vevey, Suisse, 1991 (Prix Louise Labé 1992).
"Trouble", nouvelles, éd. de l’Aire, Vevey 1995
"Le Piège du Miroir ou le Livre des jumelles", avec Denise Mützenberg, éd. de l’Aire 2002
"La Table des Liens", poèmes, éd. de l’Aire 2006
"Comment c’était", poèmes, éd. Le Miel de l’Ours, Genève 2010
"Histoires de Louise", éd. Samizdat, Genève 2011
"Ailleurs Peut-être/Vielleicht Anderswo" , anthologie bilingue français/allemand, traduction Markus Hediger éd. Wolfbach, Die Reihe, Zürich 2013.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents