Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES MOTS PLUS  HAUTS.over-blog.com

LES MOTS PLUS HAUTS.over-blog.com

Le Comité Poétique est composé de quatre lecteurs anonymes. Il partage ses coups de cœur avec vous.


NÂZIM HIKMET : IL NEIGE DANS LA NUIT

Publié par Le Comité Poétique sur 1 Juillet 2017, 19:40pm

Catégories : #Poésie avec Nâzim Hikmet

LE DERNIER AUTOBUS

 

 

Minuit. Le dernier autobus.

Le contrôleur m'a tendu le ticket.

Ce qui m'attend à la maison

                     ce n'est ni une mauvaise nouvelle,

                                    ni un festin au raki.

C'est la séparation qui m'attend.

Je m'en vais vers la séparation sans peur

                                               et sans tristesse.

La grande nuit s'est approchée tout près de moi

je puis contempler le monde, calme

                                                   et sans agitation.

Désormais la fourberie de l'ami ne me surprend plus,

                     ni le couteau dont il me frappe quand

                     il me tend la main.

Désormais, rien à faire : l'ennemi n'arrive plus à me provoquer.

Je suis passé par la forêt des idoles

                         en les abattant à la hache,

                         comme     elles s'écroulaient facilement.

J'ai jaugé à nouveau toutes mes convictions,

      et par bonheur, la plupart en sortirent indemnes ;

Jamais je ne fus aussi resplendissant

                             et jamais aussi libre.

La grande nuit s'est approchée tout près de moi.

Et déjà je puis contempler le monde, calme,

                                                         et sans agitation.

Je redresse la tête au-dessus de l'ouvrage, je regarde :

Soudain      m'apparaît du passé

un mot,

            un parfum,

                             un geste de la main.

Le mot est amical,

                         agréable   le parfum,

et le signe de la     main est celui de ma bien-aimée.

Désormais il ne m'attriste    plus

                                      l'appel du souvenir.

Je ne me plains pas des souvenirs.

Je ne me plains d'ailleurs de rien.

Même pas de mon cœur

                                qui sans cesse me fait mal

                                             comme une énorme dent.

La grande nuit s'est approchée tout près de moi.

Ni la morgue du paysan

ni l'obséquiosité   de son secrétaire

ne me touchent désormais.

De la tête aux pieds je me lave

de grandes jattées de lumière.

Je puis regarder le soleil

sans en être ébloui

                    C'est bien dommage peut-être :

                           le plus beau des mensonges peut-être

                                                 ne peut plus m'abuser.

Désormais la parole ne me soûle plus,

ni celle des autres, ni la mienne.

Et voilà ma bien-aimée,

la mort s'est approchée tout près de moi.

Le monde est plus beau que jamais.

Le monde était mon linge,

                 mes vêtements.

                          Voilà que je commence à me dévêtir.

J'étais la fenêtre d'un train

Maintenant je suis une gare.

J'étais l'intérieur de la maison.

A présent, je suis sa porte sans serrure.

Plus que jamais   j'aime les hôtes.

La chaleur est plus jaune que jamais,

la neige est plus propre que jamais.

 

 

 

PLUIES D'ETE

 

Comme une jeune mariée aux cheveux blonds,

fils d'argent  et  paillettes, scintillent au soleil les pluies.

La  sérénité des tuiles mouillées

                              peu à peu me pénètre :

                                                           j'attends.

 

 

 

LE MORT SUR LA PLACE DE BEYAZIT

 

Un mort est étendu,

un jeune homme de dix-huit ans,

au soleil tout au long des jours,

avec les étoiles la nuit,

Place de Beyazit à Istanbul.

 

Un mort est étendu :

il tient d'une main son livre d'étude,

de l'autre son rêve interrompu avant qu'il n'ait commencé

en avril de l'an mil neuf cent soixante,

Place de Beyazit à Istanbul.

 

Un mort est étendu.

On l'a abattu,

et la blessure de la balle

s'ouvre sur son front comme un oeillet rouge,

Place de Beyazit à Istanbul.

 

Un mort restera étendu

et son sang perlera sur terre, goutte à goutte,

jusqu'au jour où mon peuple en armes

avec des chants de liberté

viendra prendre d'assaut la grande place.

 

 

NRF, Poésie Gallimard, août 2010, pp. 136-138; 139 et 186-187.

 

NÂZIM HIKMET : IL NEIGE DANS LA NUIT
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents