Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES MOTS PLUS  HAUTS.over-blog.com

LES MOTS PLUS HAUTS.over-blog.com

Le Comité Poétique est composé de quatre lecteurs anonymes. Il partage ses coups de cœur avec vous.


Jim Morrison : WILDERNESS

Publié par Le Comité Poétique sur 1 Juin 2017, 02:33am

Catégories : #Poésie avec Jim Morrison

L'autoroute

est

bondée

de

gens

qui s'aiment

qui cherchent

qui fuient

si

avides

de

plaisir

et

d'oubli

 

Wilderness

 

The grand highway

is

crowed

w/

lovers

&

searchers

&

leavers

so

eager

to

please

&

forget.

 

Wilderness

 

 

Tu piges.

Ma viande est vraie.

Mes mains – comme elles s'agitent

agiles démons en équilibre

Mes cheveux – si entremêlés et frémissants

La peau de mon visage – pince les joues

Ma langue épée flamboyante

projetant des lucioles verbales

Je suis vrai.

Je suis humain

Mais je ne suis pas un homme ordinaire

Non Non Non

 

Can you dig it.

My meat is real.

My hands – how they move

balanced like lithe demons

My hair – so twined & writhing

The skin ok my face – pinch the cheeks

My flaming sword tongue

spraying verbal fire-flys

I'm real.

I'm human

But I'm not an ordinary man

No No No

 

 

Un homme ratisse les feuilles

en tas dans sa cour, un monceau,

appuyé sur son rateau, il

les brûle absolument toutes.

Le parfum emplit la forêt

des enfants s'arrêtent et respirent

l'odeur qui, dans quelques années,

deviendra nostalgie

 

A man rakes leaves into

a heap in his yard, a pile,

& leans on his rake &

burns them utterly.

The fragrance fills the forest

children pause & heed the

smell, which will become

nostalgia in several years

 

 

Un ange passe

Dans un éclair

Dans la chambre

Un fantôme nous précède

Une ombre nous suit

Et chaque fois que nous nous arrêtons

Nous tombons

 

An angel runs

Thru the sudden light

Thru the room

A ghost precedes us

A shadow follows us

And each time we stop

We fall

 

 

Nous pouvons faire ça sur un sol

ensoleillé avec des amis et nous livrer

à tout geste, tout bruit qui nous plaira.

Nous rouler sur le dos

en criant de joie

heureux dans la culpabilité de notre

folie. Il vaut mieux rester

calmes dans notre adoration et

gagner le respect des

anciens et des sages portant

ces robes. Ils connaissent

le secret de la mouvante

réalité.

 

We can do it on sunny

floor w/ friends & make

any sound or movement

that comes. Roll on our

backs screaming w/ mirth

glad in the guilt of our

madness. Better to be

cool in our worship &

gain the respect of the

ancient & wise wearing

those robes. They know

the secret of mind-change

reality.

 

 

En quittant le phone-booth, j'ai été

Frappé par une inquiétante

                           émanation.

Un vieille folle de paysanne

venue harceler les bouges

                 de la ville

Jambes poilues aux plaies béantes.

 

Depuis quel marécage ou de sous quel rocher

as-tu rampé pour nous rappeler

ce que nous avons choisi

de quitter

 

Leaving the phone-booth, I was

Struck by a whiff of

                  the weird.

Insane old country woman

   come to nag the haunts

                of town

Hairy legs w/ open sores.

 

From what swamp or under-rock

   did you crawl to remind

     us what we choose

       to leave

 

 

Quête éternelle un vigile

de tours de guet, de forteresses

contre la mer et le temps.

Ont-il gagné ? Peut-être.

Ils sont toujours là et dans

leurs chambres silencieuses errent

encore les âmes des morts,

qui épient les vivants.

Bien assez tôt nous les rejoindrons.

Bien assez tôt nous marcherons

sur les murs du temps. Rien

ne nous manquera

sinon l'un à l'autre.

 

The Endless quest a vigil

of watchtowers and fortresses

against the sea and time.

Have they won ? Perhaps.

They still stand and in

their silent rooms still wander

the souls of the dead,

who keep their watch on the living.

Soon enough we shall join them.

Soon enough we shall walk

the walls of time. We shall

miss nothing

except each other.

 

Poèmes extraits de Wilderness, Editions Christian Bourgois, 1991, pp. 28-29 ; 38-39 ; 42-43 ; 62-63 ; 58-59 ; 146-147 et 270-271. La traduction est de Patricia Devaux.

 

Jim Morrison : WILDERNESS
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents